Pathologies

Hypersudation ou hyperhidrose des aisselles


Une  sudation excessive des aisselles constitue un véritable handicap chez 3 % d’entre nous, mal vécu en raison de son retentissement vestimentaire, esthétique et parfois olfactif.

L’hyperhidrose  (sans 2ième « y ») des aisselles, bénigne si elle est bilatérale, traduit une anomalie de la régulation des glandes sudorales qui apparait  chez l’adolescent ou l’adulte jeune.

Le cas d’une hyperhidrose unilatérale sort du cadre de l’esthétique et n’est pas traité ici.

Que peut-on proposer :

  • les anti-transpirants à base de sels d’aluminium agissent en obturant les orifices des glandes sudorales présentes en grande quantité au niveau des aisselles.Cependant  leur action  est limitée.
  • les déodorants agissent en détruisant les bactéries responsables des mauvaises odeurs .
    Ces deux types de produits sont souvent mélangés dans les antisudoraux.
  • la toxine botulique est un traitement local rapide et très efficace sur environ une année  et donc renouvelable. La séance est précédée  par l’application d’une crème anesthésiante 1 heure avant pour éviter  la douleur. On réalise de multiples microinjections  en quadrillé dans le creux axillaire. Les premiers effets apparaissent aux alentours  du  dixième  jour et durent environ 9 à 12 mois.